mercredi 5 septembre 2007

Remettre les pieds sur terre

Il est temps que je rentre, vraiment. Que je rentre dans ma vie quotidienne, que je redécouvre les agréments liés à la continuité, et surtout, il faut que je me réinvestisse dans tous ces projets en cours depuis la dernière rentrée. C'est vrai qu'il y a peu de nouveauté cette année, ce que je regrette; j'aimerais tellement ouvrir de nouveaux horizons, mais il y a du travail sous les vieux cieux bien connus. C'est peut-être pour cela que cette rentrée me paraît pénible, alors que j'adore d'habitude le mois de septembre.
  • La psychanalyse est loin d'être terminée, malgré des moments de distanciation allègres, faisant croire à la fin proche du travail.
  • La recherche de terrain est bien lancée, mais il faut continuer, faire les allers-retours, toujours chercher de nouveaux interlocuteurs, écrire les transcriptions, penser le différent et le semblable... Il reste tant de choses à faire, et je m'avachis, je sombre dans une espèce de léthargie.
  • Les cours de Néerlandais ne font sens que dans la mesure où je continue, au minimum une fois par semaine, à pratiquer cette langue qui pourrait m'être utile le jour où je recherche du travail. Et que j'aime bien, par ailleurs.
  • Mon travail d'accueillante bénévole dans un centre médico-psycho-social pour toxicomanes est devenue une véritable ressource pour moi, au fil du temps. J'y fais un travail concret, j'y rencontre des gens très différents, j'y ai ma place. Supprimer ce projet me ferait gagner du temps, mais j'y perdrai, je pense.
  • Quant au groupe de réflexion sur la santé mentale en exil que nous avons lancé au Luxembourg, les choses n'y n'avancent guère. Nous sommes trop peu nombreux et tout le monde y consacre l'énergie qui reste, après des emplois à temps plein. On se réunit aujourd'hui et j'espère une bonne relance pour l'année. Quand je pense que ce groupe devrait bientôt se transformer en association sans but lucratif, et travailler bénévolement dans le domaine...
Deux nouvelles envies quand même:
  • Rejoindre un groupe d'achat commun afin d'avoir accès à une nourriture de qualité qu'on achète directement aux fermiers. La dimension de l'échange autour de la nourriture m'y attire.
  • Danser! J'ai découvert un cours de danse contemporaine pour débutants qui pourrait être bien sympa...
Et vous? Quelle rentrée 2007?

5 commentaires:

dja a dit…

Danser... hhmmm...

Mecha a dit…

Oui, danser... J'espère que le cours n'est pas trop cérébral, sinon il existe aussi un cours de danse orientale qui pourrait me plaire.

blandine a dit…

Martin est rentré à l'école,le premier jour il m'a dit " Maman, merci pour les enfants ! "

petite parole de rentrée à méditer

Mecha a dit…

Oh, c'est vrai que c'est touchant, ça... Gros bisous à vous trois!

Conny a dit…

Quelle rentrée 2007, bonne question ! Pour moi ça ne ressemble pas trop à une rentrée pour l'instant. Je suis seule à la maison, il fait beau, je m'occupe de jardin et maison, je lis beaucoup, j'entretiens ma vie sociale, en d'autres mots, je ne fous pas grand chose aux yeux du monde, et aux miens d'ailleurs. Pas facile la recherche d'emploi, flou son terme, difficile à cerner sa nature : vacances ou vide ? L'espoir que d'ici Noël j'en saurai plus, même si je regretterai peut-être ces jours de farniente plus vite que je ne le pense...