mardi 11 septembre 2007

Se concentrer

La vie est riche, ces jours-ci.
Trop riche sans doute, à croire mon promoteur qui m'a rappelé à l'ordre: "Il faut que tu te consacres à plein temps à ta thèse, maintenant."

Comment ça...comment sait-il? Qui m'a trahi?! A moins qu'il ne serait un lecteur assidu de mon blog... Etonnante, cette capacité de poser un diagnostique véritablement pertinent sans avoir lu mon dernier rapport, ni plus rien d'autre de moi, et cela depuis 2 mois. Je l'admire, car il a raison. Ou alors, il a raison parce que je l'admire... N'importe! Il faut que je plonge dans le travail, fini les petites touches par ci par là, les bricolages, les stratégies occupationnelles! Fini le "piddelen". (J'adore ce mot luxembourgeois qui signifie faire quelque chose sans grande conviction, avec une connotation de tripoter).


Tiens, en français, "consécration" et "consacrer" se ressemblent vachement. Eh oui, pour être bon, il faut le vouloir et concentrer ses forces vitales sur ce but qu'on veut atteindre. Mais moi, je veux tant de choses. Et pas de nouveau choix en vue.

(Photo par Luc, rando-vélo dans le Bourbonnais)

3 commentaires:

lolotte a dit…

C'est drôle parce qu'un ami thésard me donnait comme conseil, quand j'ai repris mes études, de "sacraliser" les moments de travail. Inventer un rituel, s'y tenir, et ne céder en rien aux tentations multiples ou aux autres nécessités multiples pour moi -mère de famille nombreuse : enfants, tâches ménagères, papiers toujours urgents...). Quand la réussite de la tâche entreprise devient vitale, akors tout s'ordonne par magie, mais le reste ne prend un sacré coup!

lolotte a dit…

Mon commentaire a été posté un peu rapidement et est truffé de "fôtes" d'orthographe. J'en profite pour évoquer la concentration magique que permet la marche - concentration qui permet à l'esprit de s'échapper, effectuant des associations libres, tout en nous rendant pleinement présent à la nature, à notre corps, nous donnant une pleine sensation d'exister. Je partage ave toi, Mecha, l'amour de la marche et de la rando.

Mecha a dit…

C'est exactement cela, le "reste" en prend un sacré coup. Il faut savoir jusqu'où on veut renoncer... Et assumer la décision. Mais le tuyau de ton ami est à méditer, c'est intéressant. Merci!