jeudi 17 janvier 2008

La liberté des limites

Lorsque l'on me demandait pourquoi je faisais une psychanalyse, j'aimais répondre que je cherchais à agrandir mon champ de liberté individuelle. J'entendais par cela non pas mieux maîtriser mes démons, mais moins les craindre. (Mais cela je ne l'ai compris que maintenant.)

L'analyse a réellement commencé le jour où j'étais frappée par des douleurs mystérieuses au niveau des articulations. Une épaule, une hanche, deux genoux...un fantôme qui se déplace au gré de ses envies perverses. Ces douleurs limitaient mes mouvements et étouffaient ma joie de vivre. Elles me faisaient surtout atrocement peur.


La psychanalyse s'est terminée le jour où j'ai claqué la porte chez mon analyste. Ce jour-là j'ai pris au sérieux mes propres limites. J'y ai redécouvert mon existence.


N'est-ce pas étrange que ce sont les limites qui nous rendent libres?


(Photo Nouvel An par Yannick.
2007 était une belle année, intense et pleine. En fin d'année j'ai pu titiller mes limites de manière plus ludique en Afrique. Que 2008 soit du même cru... :-)

5 commentaires:

jacques a dit…

Die Reisen an die Grenzen des Ichs sind für mich die ergiebigsten. Sie bereichern insofern, als sie von Ich-Illusionen befreien und die Konzentration auf die realistischen Ich-Möglichkeiten steigern.

lolotte a dit…

Il y a quelque chose de très sage dans ce que tu dis mecha, mais qui est peut-être aussi lié à cette période de ta vie. Aujourd'hui cette question des limites se pose pour moi de manière cruciale et il est vital pour moi de les pousser un peu...

Mecha a dit…

@jacques. Oui, mieux se connaître, pour mieux choisir!

@lolotte
Je ne sais pas si c'est sage... Je ne pense pas qu'il faut accepter toutes les limites que l'on se découvre... Mais il faut les rencontrer. S'y frotter, les bouleverser, mais les sentir, d'une manière ou d'une autre.

Car sans limites, il n'y pas de choix. Or c'est le choix qui rend libre, et non l'absence de limites.

Mais tu as raison chère lolotte, je suis encore dans une phase de vie où je ne connais pas tout de moi. Et où on peut encore avoir des fantasmes d'omnipotence...

jacques a dit…

Die Allmachtsfantasien sind Zeugnisse unserer Noch-Nähe zur Geburt und der Ferne zum Alter.

Anonyme a dit…

J'espère que 2015 fut meilleur encore ! :)