mardi 27 novembre 2007

Retour a Kampala, apres dix jours de voyage (1)







En contemplant les collines de plus en plus vertes et de plus en plus hautes de l'Ouganda du Sud-Ouest, j'ai pense a la Suisse. C'est venu tout naturellement, cette comparaison, aussi incongrue qu'elle puisse paraitre. Interieurement j'ai ri de moi, quoi de plus eloigne de la Suisse, riche, propre, ordonne que l'Ouganda, pauvre, sale, chaotique.
Un peu plus tard j'ai decouvert dans mon "Bradt Guide" la meme comparaison, "Ouganda, the Swizzerland of Africa". J'etais surprise, presque decue, finalement mon impression n'etait pas si originale.

Mon amie m'avait prevenue, ici la beaute du paysage masque l'extreme pauvrete de la population. Elle avait raison, du paysage se degage une impression de harmonie, d'un monde a l'etat original, un monde en equilibre (le mot qui me vient en anglais quand les gens me demandent ici mon avis, est "unspoilt"). La vegetation est luxuriante, la faune tellement riche, et la chaleur nous enveloppe gentiment comme le fait uniquement l'humidite d'un climat tropical.

Mais le leurre ne dure guere. C'est surtout depuis nos deux jours de trekking aux pieds du massif des Rwenzori, en traversant des villages de montagne ou la vie est faite d'extreme labeur dans des jardins hauts perches, et ou les enfants aux ventres gonfles nous adressent de grands sourires, que j'ai pris la mesure de la pauvrete. Ce n'est plus uniquement un tableau inhabituel, fascinant, romantique, il y a autre chose. Nous avons loge la-haut, dans un "banda", espece de hutte en terre cuite. Se laver sous le ciel ouvert dans une bassine d'eau permet de comprendre autrement la vie ici. "Tristes Tropiques" m'a toujours paru un drole de titre (pour un livre que je n'ai jamais lu). Ici j'y ai repense et je saisis maintenant mieux cette etrange melancholie qui peut se degager sous le soleil de l'equateur.

Pour chaque jour vecu ici, je pourrais ecrire des pages et des pages... Je vous dis donc a demain pour plus de details et je vous embrasse bien fort. (J'ai mis deux heures a telecharger ces quelques photos...et j'arrive pas a voir mes email pour le moment)

Photos:
-Repas vegetarien complet a midi pour environ un Euro, sauce de haricots rouges, patates douces, potiron, epinards, dans un resto local.
-Enfants aux pieds des montagnes Rwenzori.
-Le petit bourg de Fort Portal (photos 3 et 4)
-Un bel exemplaire des celebres "matatus". On y sort en chaque fois en se felicitant de survivre. Remarquez l'inscription!

4 commentaires:

Conny a dit…

Ah dës Kéier hun ech et gepackt als éischt op der Léscht ! Wi gudd, déch ze liesen ! Do ass de Message bal ze kuerz an d'Fotoen ze mann... Merci daat's de un eis denks an eis e béssen Sonn an eis kill Gefilden schécks (-3 den Owend ém 9) ! Looss geschwénn rém eppes vun der héieren ! Décke Kuss

chemical lola a dit…

Merci fir déi schéi Fotoen an de Kommentar, freen mech all Kéiers. A vu dass de déng Mailen nët gelies kriss, hei de Résumé vun hei: D'Haus ass bal an der Täsch, dann nach en Auto an mar loossen ech déi defnitiv Versioun vun der Zill drécken, juhu! Décken Ëmärbel xxx

L'Homme a dit…

Je ne sais pas ce qui est le plus inquiétant, l'autocollant "God is Great" ou "Arsenal United". Dans un cas on remet sa vie à Dieu (lequel?) dans l'autre on remet sa vie à des hooligans anglais. Dans les deux cas l'issue me parait incertaine. En terme de paysage, je pense à l'irlande (sans jamais y avoir mis les pieds, ni en Irlanden, ni en Ouganda). C'est curieux comme les références culturelles peuvent être différentes en terme de représentation.

Mecha a dit…

Oh mon homme, j'avais meme pas vu Arsenal United!

Sinon, Cathy, heureuse d'apprendre que les choses avancent pour toi! Je penserai a toi le 13!

Noel est si irreel ici, vraiment... Le froid aussi... Conny, embrasse ta cherie mussesch pour moi!