mercredi 17 octobre 2007

La revanche bottée

Par moments, je pense encore que c'est bizarre de tenir un blog. Et je me demande ce que j'y cherche précisément, à part la célébrité bien sûr.
Le blog est une espèce d'excroissance de ma psychanalyse. J'ai commencé au moment où j'émergeais de la florissante maladie psychosomatique que j'avais développée dans le cadre du travail analytique. C'était une manière de donner une vitrine à mon vécu, de présenter une partie de l'iceberg à une partie tierce. Déjà une façon d'ouvrir l'espace claustrophique de la relation "duale" qui s'est avérée "duelle" par la suite.

Aujourd'hui, le cordon est déchiré.

Le blog est toujours là.

Et avec l'argent de la relation épargné(e), je me suis acheté ces superbes bottes. (Hein, elles sont jolies, non? La photo ne les montre pas sous leur meilleur jour, elles sont vertes en réalité. L'Homme trouvait que c'était "style liégeois" ce qui peut difficilement être mépris pour un compliment...)

Une ultime revanche qui signale qu'au lieu de me faire du mal avec quelqu'un qui ne sait m'écouter, je me fais du bien de la manière la plus bête qui soit.

4 commentaires:

lolotte a dit…

Je trouve ton post plein d'humour et j'y retrouve des idées qui m'ont habitée ces dernières semaines :
- l'idée d'écrire plutôt que de me lancer dans un travail thérapeutique. Malheureusement je n'ai pas commencé
- l'achat compulsif d'une petite robe, justifié dans mon for intérieur, par tout l'argent que j'économisais, n'ayant pas commencé un travail thérapeutique...

Je trouve néanmoins tes bottes suberbes, s'accordant à merveille avec la personnalité que je crois déceler en toi... j'aimerais tant voir une photo de mecha-bottée!
(jeu de mot involontaire dont je suis-après coup- assez fière!)

jacques a dit…

In einem Blog würde ich den Austausch mit Bekannten suchen. Ich sehe darin - ähnlich wie in den Mails - die Weiterführung einer uralten Briefkultur mit anderen, besonders optischen, Mitteln. (Aber ich kann mir gut vorstellen, dass man früher auch mal Scherenschnitte oder Zeichnungen in den Briefumschlag tat.)

Die unerwarteten Produkte des therapeutischen Bruchs sind wirklich hübsch in ihrem eleganten Dunkelgrün und werden sich wohl im Gedächtnis noch lange mit ihrem Ursprung verbinden. Vielleicht heißen sie dann postanalytische Fußkleider,und wenn Du mal in ihnen hinkst, taucht Ödipus auf; wenn sie Dich warm halten, wirken sie der unangenehmen affektiven Kälte der überstandenen Sitzungen entgegen, und schließlich kann man sich vorstellen, damit jemanden aus dem Fach kräftig in den Hintern zu treten.

chemical lola a dit…

Ooooohhh, je vois dans ces bottes l'accessoire de compét' pour aller boire des vins chauds au marché de Noël à Liège dans quleques semaines! En espérant qu'il va faire bien froid avec comme bonus un peu de neige fondante...

Mecha a dit…

@lolotte
Ne nous méprenons pas, ce n'était pas un achat complusif dans mon cas, mais une frappe chirurgicale contre une certaine Madame... ;-) Marrant ces concordances. Mine de rien, le fric est central dans une analyse.
Mechabottée...jolie idée, je vais essayer de la faire faire, cette photo.

@jacques
Oui, c'est vrai qu'un des sens principaux d'un blog, c'est l'interaction, le côté échange.
Et tu as raison, ces bottes vont toujours garder un lien plus ou moins enfoui avec Mme., je ne les porterai pas comme d'autres. J'avoue que cette idée me plaît...

@chemical lola
Oui, sauf que je me vois pas vraiment mettre un jeans dedans comme font toutes les autres (à moins qu'elles ne portent le slim avec ballerines). Moi ce sera plutôt en jupe ou en robe. Il faudra donc beaucoup de vin chaud pour me réchauffer! Aiaiai!