lundi 16 juillet 2007

Fin de parenthèse

Ce matin dans mon lit, les jambes lourdes de trois jours de randonnée, me sont revenus certains moments de cette semaine-parenthèse qui prend fin aujourd'hui. J'ai revu les paysages, le soleil dans les arbres, un sentier qui se faufile. Je garde en mémoire l'odeur du bois, et toutes ses variations, en fonction du temps et de la végétation. Mais surtout j'ai songé, entre sommeil et éveil, à l'amitié et à ses faces multiples, à la singularité des relations. A nos différences, à nos complicités, à notre manière d'être bien ensemble. Et à l'importance vitale de les retrouver comme ça, tous ces gens, pour un moment qui dure plus qu'un repas ou un verre pris ensemble.

C'est donc avec une sensation de chaleur qui n'est pas uniquement due au temps, que je reviens aujourd'hui au boulot.

3 commentaires:

lostinbangkok a dit…

moooiiin sister!! ahh fret mech dass de e gude moment haas fier ze entspaanen!! haat dese weekend och een en samsten! hu mech su an der vakanz gefillt mee bon haut huet den Méinden mech dun awer rem an drealitéit zreck gezun! ;oP an hu mool engköier gudd aarebscht gehaat vun deenen 2 deeg fierdrun !! ;oP majo ech wenschen dier dann o e gudde courage fier rem an der schaffwelt buedem ze kréien ;oP en decken!!

jacques a dit…

Iergendwéi kréien ech bal Komplexer an mengem Pensionäärs-Zoustand.

Mecha a dit…

A chacun son tour...