lundi 2 juillet 2007

Entre deux eaux

Chercheuse en psychologie clinique, c'est un peu comme steak végétarien ou poisson mammifère : ça ne va pas de soi. En joignant le qualificatif "chercheuse" à celui de "psychologie clinique", les deux subissent un choc et se voient relativisés. Le steak végétarien n'est pas vraiment steak, le poisson mammifère pas vraiment poisson. Ils en deviennent presque des métaphores...

Enfin, tout ça pour dire qu'entre la science, à laquelle me fait souscrire mon titre de chercheuse, et la psychologie clinique, qui est ma nature profonde depuis le début des jours de l'humanité, les choses ne vont pas de soi.

La science cherche à dégager des règles générales et à construire des schémas communs, alors qu'en psychologie clinique un seul principe est maître : l'approche du cas par cas. Un deuxième principe précise celui-ci : tout psychisme est intersubjectif, pris dans la relation à l'autre. La seule objectivité possible consiste donc à penser ma propre subjectivité en relation avec la subjectivité de l'autre.

Il en découlent deux exigences pour l'intrépide chercheur en psychologie clinique :
  • Etre capable de construire du général à partir du singulier, c'est-à-dire développer un regard qui, tout en reconnaissant la singularité de tout un chacun, est capable de dégager des traits communs aux différents cas. Ces schémas communs, c'est du "créé-trouvé" (encore un adorable concept clinique!), c'est-à-dire moitié "inventé", moitié "découvert".
  • Et aussi, se connaître soi-même pour connaître l'autre. C'est ainsi que je me surprends à défaire mes noeuds de chercheuse sur le divan...
Oui, vous l'avez deviné, mon travail va mieux, et donc moi aussi...ou est-ce que c'est moi qui vais mieux et donc mon travail également?

(Photo : L'Homme dans un lavoir en Italie)

2 commentaires:

jacques a dit…

Der weiße Bordeaux Entre-deux-mers belegt, dass in den Zwischenbereichen
sich Interessantes finden lässt.

Das Bewegendste in dieser wissenschaftstheoretischen Frage ist die Art, wie das Subjekt sich selbst bildet im Kontakt mit der objektiven Realität, die es sich bildet.

PS: Es ist schon erstaunlich, wie Du die treffenden Bilder zu den Texten findest.

Mecha a dit…

Entre-deux ass effektiv e bessen en rouden Fuedem an mengem Liewen, fruchtbar awer selten evident. Daat mat den Biller mecht mer och vill Spaass... Et klappt öfters ganz gutt, well d'(meng?) Sprooch am Fong immens bildlech ass.