lundi 27 août 2007

Miss Hyde

J'ai décidé que 35 ans, ça vaut une fête. Et comme je connais les réticences de l'Homme à fêter son anniversaire, j'ai pris les choses en mains. J'ai préparé en secret une petite fête qui a eu lieu vendredi.

Jeudi, l'Homme me fait comprendre qu'il se passent des choses autour de lui qui pourraient être les signes avant-coureurs d'une fête surprise. Je nie (subtilement, je crois) et le lendemain, afin d'éradiquer tout soupçon, je lui reproche de s'absenter vendredi soir pour cette même réunion que j' ai organisée à l'aide d'un complice, dans le but de le tenir éloigné de la maison lors du rassemblement des convives à la maison. Lorsqu'il me promet alors de tout faire pour rentrer lors de la pause, à 19:00h au lieu de 21:00h, je dois recourir à un nouveau mensonge pour le faire changer d'idée...


C'est étrange comment je me suis laissée prendre au jeu. Ce n'était pas vraiment nécessaire d'en rajouter une couche. Mais après un mois de préparatifs, pas question de laisser foirer la surprise! Et puis, si déjà il faut mentir, alors autant le faire avec un véritable souci du détail, avec un sens de la perfection de l'oeuvre. Planter un décor, reconstituer une journée normale, des réactions normales, dans le but de gonfler l'extraordinaire, quel plaisir malin! Mais quel soulagement aussi quand il est arrivé et que toutes les bizzareries des derniers jours ont trouvé une réponse logique. La fête fut à la mesure du dénouement final.

(Photo: Pendaison de la crémaillère septembre 2006, par Yannick)

1 commentaire:

jacques a dit…

Es ist eine interessante Erfahrung, die eigenen Potentialitäten an Hinterlistigkeit zu testen, wenn es zu Gunsten eines anderen geschieht. Man kann leicht Gewinner sein ohne ein schlechtes Gewissen.